Consommation

Les pratiques de surconsommation, en particulier dans les pays du Nord, et, de plus en plus, dans les centres urbains des pays du Sud, exigent une extraction constante de minéraux, d’énergie et de matières premières. La plupart de ces activités d’extraction ont lieu dans les pays du Sud, où des entreprises s’emparent de terres communautaires pour les plantations industrielles, l’extraction de combustibles fossiles et l’exploitation minière à grande échelle. Les communautés sont en train de perdre leurs terres et leurs forêts pour que des consommateurs puissent conserver un accès bon marché à des produits papetiers, des voitures, des téléphones portables, etc. et que les entreprises puissent continuer à empocher leurs profits.

Plus de 10 millions d’hectares de terres en Indonésie sont contrôlés principalement par APP et APRIL Bien que ces entreprises se soient engagées à protéger les forêts et les tourbières, elles continuent toutes deux d’être impliquées dans la déforestation, les incendies de forêt et un modèle commercial fondé sur la violence et la spoliation des communautés forestières. (Disponible en indonésien).
Les plantations de palmiers à huile couvrent actuellement 270 000 hectares en Équateur, la région d’Esmeraldas étant celle qui connaît la plus forte concentration. Les processus de résistance en cours des communautés de La Chiquita, de Guadualito et de Barranquilla de San Javier continuent de susciter l’indignation et la solidarité entre les peuples et au plan international.
Ce bulletin s'intéresse plus particulièrement à une cause majeure de la déforestation à grande échelle et de la spoliation des peuples des forêts : L'imposition de concessions foncières comme instrument pour séparer, diviser et cartographier les terres en fonction d'intérêts économiques et politiques. C'est pourquoi cet éditorial alerte sur l'accaparement de vastes superficies de terres pour la mise en place de concessions carbone.
Le contrôle des terres était vital pour les colonisateurs. Il était synonyme de richesse, d'influence territoriale, d'accès aux « ressources » et à de main-d'œuvre bon marché (et souvent réduite en esclavage). La séparation des habitants autochtones de leurs territoires a été un élément crucial dont la trace persiste jusqu'à aujourd'hui. Les conséquences de cette histoire continuent d'influencer la gestion des terres et les conflits fonciers.