Femmes et monocultures d’arbres

Les femmes sont exposées à des impacts spécifiques lorsque des plantations d’arbres à grande échelle occupent les terres de la communauté, notamment des violences sexuelles et la perte d’accès à la terre et à l’eau. Une fois qu’elles sont établies, ces plantations industrielles perturbent la production alimentaire et entravent la possibilité pour les femmes de circuler librement sur leurs propres terres. C’est pourquoi, dans de nombreuses régions affectées par les plantations industrielles d’arbres, les femmes prennent l’initiative d’organiser les communautés et de défendre leurs territoires.

La société de plantation de palmiers à huile Socfin a été synonyme de violence pour les communautés. Pourtant, les femmes doivent affronter un autre système patriarcal plus proche de chez elles : les chefs suprêmes.

Les plantations de palmiers à huile sont l'un des espaces les plus dangereux pour les femmes, non seulement parce que, en tant que travailleuses vulnérables, mais aussi en raison des violences et des harcèlements sexuels. (Disponible en indonésien)

(Disponible uniquement en portugais) Confira o vídeo com o posicionamento da comunidade contrária à passagem de caminhões de eucalipto:

L'introduction de politiques relatives au genre dans les activités des entreprises d'huile de palme et le système de certification RSPO peuvent-ils faire autre chose que dissimuler la violence, le patriarcat structurel et le racisme inhérents au modèle de la plantation ?

Nous partageons un message, une série d’articles du bulletin du WRM et une vidéo récente réalisée par l’Alliance informelle contre les plantations de palmier à huile en Afrique centrale et occidentale.

L'oppression patriarcale est inséparable du modèle de la plantation industrielle, et elle est à la base de la façon dont les entreprises génèrent des profits. Les entreprises ciblent les femmes, notamment en raison de leur rôle fondamental dans la vie de la communauté.

La vidéo dénonce la violence contre les femmes et les filles en Afrique de l'Ouest et centrale dont les terres ont été accaparées par les plantations industrielles de palmiers à huile.

Alors que les entreprises d’huile de palme se présentent comme des donateurs charitables pendant la pandémie, les communautés vivant dans et autour de ces plantations racontent une autre histoire.

Les femmes, notamment celles qui dépendent des forêts pour vivre et subvenir à leurs besoins, mènent de nombreuses luttes.