Plantations d’arbres à grande échelle

Les plantations industrielles d’arbres sont des monocultures à grande échelle, équiennes (arbres du même âge) et gérées de manière intensive, qui mobilisent de vastes étendues de terres fertiles sous le contrôle des sociétés de plantation. La gestion des plantations s’accompagne de l’utilisation d’énormes quantités d’eau ainsi que de pesticides qui sont toxiques pour les êtres humains, les végétaux et les animaux dans les plantations et les zones environnantes.

Ce publication dénonçant les déclarations mensongères les plus couramment utilisées actuellement par les sociétés de plantations. Elle est basée sur la note d’information « Dix réponses à dix mensonges » écrite par Ricardo Carrere en 1999.
Les points d’accord (ou de désaccord) des gouvernements lors des sommets climatiques de l’ONU ne sont pas vraiment pertinents dans le monde réel de l’expansion du marché du carbone. Les entreprises, les gouvernements, les ONG de conservation, les consultants, les banques et de nombreux autres acteurs intéressés travaillent d’arrache-pied pour faire des mécanismes de marché carbone « la seule voie possible ».
Les plantations de palmier à huile constituent une cause principale de la déforestation dans le sud-est du Mexique. Un réseau de femmes au Chiapas s’est organisé pour dénoncer les mesures de coercition et la tromperie de l’État et des entreprises pour que les paysans acceptent la monoculture sur leurs terres. Leur lutte est pour la terre, pour leurs connaissances et pour que leurs voix soient entendues.
En 2022, le WRM a dialogué avec plusieurs autrices et auteurs de la publication « 15 ans de REDD : Un système fondamentalement vicié » ainsi qu’avec d’autres alliés. L’objectif de cette rencontre était de réfléchir sur les diverses dimensions des dommages que REDD cause depuis 15 ans. Nous présentons ci-dessous un résumé de chaque intervention.
La société de plantation de palmiers à huile Socfin est synonyme de violence et d’oppression pour les communautés affectées dans plusieurs pays africains. La Sierra Leone ne fait pas exception. En collaboration avec Aminata Finda Massaquoi, journaliste et coordinatrice nationale du réseau de défense des droits des femmes WORNAPI, le WRM publie un podcast pour mettre en avant les voix des femmes qui vivent les impacts des plantations industrielles.
La plupart des causes de déforestation identifiées dans une analyse mondiale menée par l’ONU en 1999 existent toujours. Pourtant, les « solutions » proposées depuis sont devenues de nouvelles causes sous-jacentes de la déforestation. Dans ce scénario, les projets qui détruisent la forêt et les projets « verts » dépendent les uns des autres pour être viables.
Le site d’information Metrópoles a parcouru 5 700 km pour dénoncer la manière dont la filière de la production de l’huile de palme affecte les communautés quilombolas et les populations autochtones dans l’État du Pará, au Brésil. Il existe un historique de travail proche de l’esclavage, d’expropriation des communautés traditionnelles et d’impacts environnementaux.
Une enquête de SourceMaterial et Unearthed dénonce les impacts d’un important projet de compensation carbone (par la plantation d’arbres en République du Congo) du géant pétrolier TotalEnergies, annoncé fin 2021.
En septembre 2022, deux importants contingents de la police nationale et de l’armée ont été dépêchés dans les zones de concession des plantations de palmiers à huile des Plantations et Huileries du Congo (PHC) à Lokutu et Boteka.
(Disponible uniquement en portugais, anglais et espagnol). Support and sign the request made by quilombola communities in the Far South of Bahia, Brazil, for the immediate halt to destructive and illegal road works by Suzano Papel e Celulose in their territories Suzano, Brazil’s largest eucalyptus plantation owner and one of the world’s largest paper and pulp corporations, continues with its violent and destructive actions in the territories of quilombola, peasant and indigenous communities.
Ce bulletin met en avant des documents et des analyses liés aux luttes des communautés contre les plantations industrielles d’arbres. Il rend également hommage aux communautés de la RDC qui luttent depuis l’époque coloniale pour récupérer leurs terres accaparées par une société d’huile de palme. Leur lutte courageuse met en évidence les multiples niveaux d’oppression et de violations qui résultent du modèle des plantations.
Quels que soient les discours et la propagande utilisés, les plantations industrielles d’arbres ont toujours eu pour objet la mainmise par les entreprises sur les terres fertiles des communautés. Le modèle des monocultures représente un danger intrinsèque pour la survie, la souveraineté et l’autonomie alimentaire des communautés, il renforce la violence du patriarcat et applique le même mode destructeur et oppressif dans l’organisation des terres (et donc, des populations) que celle qui a été appliquée à l’époque coloniale.