Journée internationale de lutte contre la monoculture d’arbres 2022

Image

Le 21 septembre est la Journée internationale de lutte contre la monoculture d’arbres. Organisations, réseaux et mouvements célèbrent la résistance etfont entendreleurs voix afin d’exiger que soit arrêtéel’expansion des plantations industrielles d’arbres.

Ces plantations envahissent les territoires et affectent la vie des peuples et des communautés. Cette Journée a été décrétéeen 2004 au cours d’une rencontre avec un réseau communautaire de lutte contre les plantations industrielles d’arbres du Brésil..

Les plantations ne sont pas des forêts !!!

(Utilisez le filtre "Type de contenu" pour trouver des matériaux, des articles et des déclarations sur ces luttes dans différentes parties du monde).

Ce publication dénonçant les déclarations mensongères les plus couramment utilisées actuellement par les sociétés de plantations. Elle est basée sur la note d’information « Dix réponses à dix mensonges » écrite par Ricardo Carrere en 1999.
Ce bulletin met en avant des documents et des analyses liés aux luttes des communautés contre les plantations industrielles d’arbres. Il rend également hommage aux communautés de la RDC qui luttent depuis l’époque coloniale pour récupérer leurs terres accaparées par une société d’huile de palme. Leur lutte courageuse met en évidence les multiples niveaux d’oppression et de violations qui résultent du modèle des plantations.
Quels que soient les discours et la propagande utilisés, les plantations industrielles d’arbres ont toujours eu pour objet la mainmise par les entreprises sur les terres fertiles des communautés. Le modèle des monocultures représente un danger intrinsèque pour la survie, la souveraineté et l’autonomie alimentaire des communautés, il renforce la violence du patriarcat et applique le même mode destructeur et oppressif dans l’organisation des terres (et donc, des populations) que celle qui a été appliquée à l’époque coloniale.
Le réseau, qui regroupe des mouvements, des organisations et des communautés dans la lutte contre les plantations d’arbres, s’est réuni dans l’extrême sud de l’État de Bahia. En ce 21 septembre, le réseau a une fois de plus dénoncé les impacts de ce modèle violent et injuste qui est basé sur des plantations destinées pour la plupart à l’exportation de pâte à papier.
Les plantations de palmiers à huile de BIDCO, une société détenue en partie par Wilmar, sur l’île de Kalangala, en Ouganda, ont entraîné des effets dévastateurs. La société prévoit de s’étendre sur l’île de Buvuma, mais elle continue de faire face à une forte opposition organisée ! Regardez une courte vidéo qui présente des témoignages de la résistance de la population sur l’île de Buvuma.
Un rapport récent de la Campagne contre les arbres génétiquement modifiés (Campaign to Stop GE Trees) alerte sur le fait que la dissémination d’arbres génétiquement modifiés (OGM) n’a jamais été aussi imminente.
Déclaration d’organisations et de mouvements colombiens à l’occasion du 21 septembre, Journée internationale de lutte contre les plantations d’arbres en monoculture. Le texte dénonce l’expansion des plantations en monoculture à grande échelle et vise à rendre visible un problème « qui menace la vie, la dignité et l’autonomie des communautés ».
Documentary film produced by​ NUPOMAR, Núcleo de Pesquisa, Mídias e Arte, with the purpose of recording and valuing the social memory of the Pataxó Indigenous Peoples of Aldeia Barra Velha (in the municipality of Porto Seguro-Bahia), Brazil.
Nous partageons ci-dessous la déclaration finale où ils expriment leurs demandes et revendications.
Les membres de l’Alliance informelle de lutte contre l’expansion des plantations industrielles de palmiers à huile en Afrique occidentale et centrale ont publié une déclaration pour continuer à briser le silence sur les nombreux abus autour des plantations industrielles et pour réaffirmer leur ferme engagement à résister à leur expansion pour défendre leurs territoires et leurs vies.
Dans les îles de l’archipel des Buvuma en Ouganda, les communautés résistent à l’expansion des plantations industrielles de palmiers à huile.
Les communautés Quilombola de Sapê do Norte, au Brésil, subissent un processus violent avec l'expansion de la monoculture d'eucalyptus à grande échelle. Après de nombreuses difficultés, elles ont entamé un processus pour récupérer leur eau et leurs terres. Et la lutte pour reprendre ce qui leur appartient se poursuit. Le WRM s'est entretenu avec deux activistes quilombolas pour réfléchir à ce processus de résistance difficile mais fertile.