Articles

Communiqué de presse, 4 décembre 2023
Le WRM recherche un nouveau membre pour renforcer notre équipe. Il ou elle aura pour principale responsabilité d'être le coordinateur du Bulletin numérique. Il s'agit d'un poste à temps plein.
En ce 21 septembre, nous exprimons de nouveau notre solidarité avec cette résistance et partageons quelques matériaux pouvant favoriser la compréhension de l’importance de ces luttes.
Il n'y a pas de justice climatique sans la protection des peuples des forêts, des centres urbains, des eaux et des terres ! (Seulment disponible en portugais).
À l'occasion de la Journée internationale des femmes, nous partageons une série d'articles et de documents audiovisuels présentant diverses histoires de luttes en Sierra Leone, en Ouganda, au Mexique, au Brésil, en Argentine et en Inde.
Le 3 novembre, joignez-vous à une conversation pour réfléchir sur « 15 ans de REDD : Un système fondamentalement vicié »
Cet article fait partie de la publication « 15 ans de REDD: Un système fondamentalement vicié »
La compensation est une dangereuse diversion par rapport aux causes de la crise climatique. Cette fausse solution est le pendant de la réaction initiale de l'industrie pétrolière face aux données scientifiques sur le climat : le déni. Les grands pollueurs n'ont pas inventé le marché du carbone. Mais ils l'ont soutenu, ont plaidé activement en sa faveur, et ils l'ont promu.
Lors de la conférence de l'ONU sur le climat en 2021, le gouvernement gabonais s'est présenté comme un champion de la lutte contre la dégradation du climat. L'extraction des énergies fossiles au Gabon allait-elle prendre fin ? Non. À la base de ce discours se trouve un accord signé avec la Norvège, un pays producteur de combustibles fossiles, et le projet Grande Mayumba.
La conception du mécanisme de plainte s'est traduite par un échec systématique du règlement des plaintes des communautés. Mais alors, pourquoi ce mécanisme existe-t-il ?
La société britannique Envirotrade a lancé un projet REDD+ en 2003 impliquant les communautés de la zone tampon du parc national de Gorongosa dans le nord du Mozambique. En 2018, l'entreprise a abandonné la région, laissant derrière elle des obligations non remplies, des dettes envers les villageois et des centaines de familles dans l'embarras.
Les « concessions carbone » créées pour générer et vendre des crédits carbone affaiblissent également profondément les structures des communautés, leur organisation et leur reproduction en tant que communautés.