Asie (general)

Une superficie de 4 400 hectares de la forêt tropicale de Mulu est en cours de conversion en monocultures d’huile de palme ; cette zone est directement adjacente à un site du patrimoine mondial de l’UNESCO, le parc national de Mulu. Les communautés autochtones de Berawan et de Penan, directement touchées, n’ont pas été consultées et se sont opposées au projet de destruction de leur forêt et de leurs moyens de subsistance.
Une enquête récente de BuzzFeed News révèle que le Fonds mondial de l'environnement (WWF) finance des forces paramilitaires odieuses pour lutter contre le braconnage.
À quels enjeux les terres et les richesses naturelles, ainsi que les populations qui en dépendent, sont-elles actuellement confrontées dans le monde entier ? Comment ces populations réagissent-elles à ces tendances, ces menaces et ces défis ?
Communiqué de presse. 8 Mars 2019 Briser le silence : les plantations industrielles de palmiers à huile et d’hévéa apportent harcèlement, violences sexuelles et abus à l’encontre des femmes >>> Téléchargez le document complète
Après deux ans de lutte contre l’exploitation forestière dans leur forêt, le village des Penan à Long Tevenga, dans le nord du Sarawak, a remporté une victoire majeure. Les Penan ont tenté d’empêcher l’entreprise forestière d’entrer dans la forêt en installant une barricade sur la route forestière et, en août dernier, ils ont construit une maison en travers de la route. La société n’avait plus aucun moyen de passer.
Une compilation d'articles du Bulletin du Mouvement mondial pour les forêts tropicales (WRM) à l'occasion de la quatorzième réunion de la Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB) qui se tiendra du 17 au 29 novembre à Sharm El-Sheikh, en Égypte.
Les Amis de la Terre International et le Mouvement mondial pour les forêts tropicales (WRM) ont diffusé pour signature une déclaration internationale dénonçant la Table ronde sur l’huile de palme durable.
En septembre dernier, après plus de 17 ans d’une lutte difficile menée par Via Campesina et avec le soutien de plusieurs organisations, les paysannes et paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales sont arrivés à la dernière étape dans l'obtention d'une déclaration des Nations Unies qui pourrait défendre et protéger leurs droits à la terre, aux semences, à la biodiversité, aux marchés locaux et à bien d'autres choses.
Forts de l’adhésion d’organisations des cinq continents, Amis de la Terre International et le WRM dénoncent l’échec de la RSPO à éliminer la violence et la destruction que causent les monocultures de palmier à huile.
Nous invitons les organisations à signer et à soutenir la déclaration, qui dénonce le fait que la RSPO, depuis sa création il y a 14 ans, est un outil au service des intérêts commerciaux du secteur de l'huile de palme.