Chine

Une réflexion historique sur les principaux projets de reboisement massifs en Chine met en évidence le rôle de plus en plus important joué par le capital et les forces du marché dans la Chine rurale. Le plus récent projet est basé sur l’idée d’un consumérisme « vert » et profite à certaines des plus grandes enseignes et entreprises technologiques.
La production industrielle de caoutchouc naturel a toujours été synonyme de destruction et d’exploitation. Près de 70 % de la production sert à la fabrication de pneus. L’augmentation de l’utilisation du caoutchouc va de pair avec l’augmentation du nombre d’autos, de camions et d’avions.
Dans le contexte d’un fort développement des plantations d’eucalyptus en Chine, environ 150 habitants de Yong’an portent plainte à la fois contre Guangxi Lee & Man Forestry Technology Ltd., l’entreprise forestière qui exploite une plantation d’eucalyptus de près de 300 000 mètres carrés, et l’organisme public local qui a établi un partenariat avec elle, pour avoir enfreint une clause du droit chinois des contrats qui interdit aux entreprises de nuire aux intérêts du public.
Présentée par l’organisation thaïlandaise TERRA, cette publication raconte l’histoire des communautés riveraines du Mékong dans 25 sous-districts de 7 provinces du nord-est de la Thaïlande (Isaan). Elle vise à donner vie aux connaissances particulières modelées par le fleuve international le plus long du Sud-est asiatique, le Mékong. Elle montre la délicate complexité de l’hydrologie et des écosystèmes secondaires du Mékong, qui sont la base de la vie et de la subsistance des peuples riverains.
En 2013, la Papouasie-Nouvelle-Guinée est devenue le premier exportateur mondial de bois tropicaux, après en avoir exporté 3,1 millions de mètres cubes, surtout vers la Chine. Le pays devançait ainsi la Malaisie qui avait détenu la première place pendant les décennies précédentes.
Un rapport d’Agroforestry World a montré que, bien que la Chine ait augmenté le couvert forestier du pays grâce à un programme de reboisement et de ‘paiement pour services des écosystèmes’, elle n’a pas réussi à protéger les forêts naturelles. Des plantations d’hévéas et d’arbres à pâte ont remplacé les forêts naturelles sur les terres en pente.
En mars 2013, les présidents des pays du groupe BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) se sont réunis à Durban, Afrique du Sud. Entourés de nombreuses clôtures pour que les éventuels contestataires ne puissent pas s’approcher d’eux, ils ont discuté de plusieurs questions, dont des projets de coopération. Une des propositions les plus mentionnées dans la divulgation de la réunion a été la création d’une banque de développement des BRICS, avec un capital initial de 50 milliards USD que les cinq pays apporteraient à parts égales.
Un groupe de onze ONG finlandaises et internationales a déposé devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU une plainte concernant les violations des droits de l’homme associées aux plantations d’eucalyptus de Stora Enso et à la cartonnerie que cette entreprise prévoit d’installer à Guangxi, qui ont provoqué des conflits fonciers, deux morts et de multiples épisodes de violence.