Océanie (general)

En décembre 2015, on a célébré avec tambour et trompette un accord passé dans le cadre de la Convention des nations unies sur le changement climatique (CCNUCC), l’Accord de Paris, qui établit de nouvelles mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) responsables du réchauffement de la planète.
Le présent numéro du Bulletin du WRM est coproduit par le WRM et GRAIN. Les activités de GRAIN visent à soutenir les petits agriculteurs et les mouvements sociaux dans leurs luttes pour des systèmes alimentaires contrôlés par les communautés et basés sur la biodiversité, et à s’opposer au système alimentaire industriel contrôlé par les grandes entreprises.
Cet article est fondé sur une conversation qui eut lieu en septembre 2014 entre Winnie Overbeek, coordinateur international du Mouvement mondial pour les forêts tropicales, et GRAIN, et qui fut publiée par GRAIN dans « Planet palm oil ». L’information contenue a été actualisée.
À l’approche des pourparlers de l’ONU sur le climat qui auront lieu en décembre, on constate qu’une seule initiative gouvernementale importante porte sur le climat et l’agriculture, et qu’elle est contrôlée par les plus grandes industries des fertilisants du monde.
Lancé en 2012 par un groupe d'individus, d'organisations et de réseaux, le mouvement « Yes to Life, No to Mining » a pour objectif d'agir contre l'impact de plus en plus dévastateur de l'industrie minière. Le mouvement cherche à mettre en lien des communautés qui disent NON à l'exploitation minière dans le monde entier, afin de collaborer dans la solidarité et de s'entraider pour tenir bon.
Ce rapport de l’organisation The Corner House part de la question “Quelle alternative existe-t-il aux systèmes énergétiques actuels ? », dans le contexte d’une crise climatique de plus en plus grave et d’une incertitude croissante à propos de l’avenir des combustibles fossiles. Dans le domaine de la politique énergétique actuelle, le principal conflit est celui des différentes alternatives entre elles.