Journée internationale de lutte contre la monoculture d’arbres 2019

Le 21 septembre est la Journée internationale de lutte contre la monoculture d’arbres. Organisations, réseaux et mouvements célèbrent la résistance etfont entendreleurs voix afin d’exiger que soit arrêtéel’expansion des plantations industrielles d’arbres. Ces plantations menacent la souveraineté des communautés et des peuples des forêts. Cette Journée a été décrétéeen 2004 au cours d’une rencontre avec un réseau communautaire de lutte contre les plantations industrielles d’arbres du Brésil. Le 21 septembre a été choisi parce que c’est la Journée de l’arbre au Brésil.

Disponible uniquement en anglais, espagnol et portugais.
Un nouveau rapport sur l’état des plantations industrielles de palmiers à huile en Afrique montre comment les communautés sont en train de faire reculer un accaparement massif des terres dans la région.
Disponible uniquement en anglais, espagnol et portugais.
Solidarité avec les communautés qui luttent contre les monocultures d’arbres !
Le 21 septembre est la Journée internationale de lutte contre la monoculture d’arbres. Organisations, réseaux et mouvements célèbrent la résistance etfont entendreleurs voix afin d’exiger que soit arrêtéel’expansion des plantations industrielles d’arbres. Ces plantations menacent la souveraineté des communautés et des peuples des forêts. Cette Journée a été décrétéeen 2004 au cours d’une rencontre avec un réseau communautaire de lutte contre les plantations industrielles d’arbres du Brésil. Le 21 septembre a été choisi parce que c’est la Journée de l’arbre au Brésil.
Nous avons besoin de votre appui! Nous appelons les organisations, groupes, réseaux et mouvements à signer cette pétition en solidarité avec les communautés gabonaises menacées par les plantations d'OLAM / SOTRADER. Vous pouvez adhérer jusqu'au jeudi 19 septembre.
La construction de l’usine de papier Suzano Papel e Celulosa, ainsi que des routes voisines, le transport incessant de bois et l’affluence massive de travailleurs ont causé beaucoup de destruction pour les populations locales. Voici le témoignage d’une femme militante.
La société UPM a exigé, comme condition pour établir sa deuxième usine de cellulose, que le gouvernement uruguayen construise un nouveau chemin de fer qui relierait le site de sa future usine et le port.
Des millions d’hectares de zones boisées en Malaisie ont été ciblés pour le développement de plantations en monoculture, mais un grand nombre de ces dernières n’ont pas encore été entièrement mises en exploitation.
L’expansion du palmier à Wimbí est déjà un fait. Il en va de même de l’extraction du bois, dont le protagoniste est le même trafiquant de terres qui a permis l’entrée d’Energy&Palma, une entreprise de palmiers à huile. Ce nouveau cycle de spoliation et menace la communauté.
La brochure « Promettre, diviser, intimider, contraindre : 12 tactiques utilisées par les sociétés productrices d’huile de palme pour s'emparer des terres communautaires » entend soutenir les communautés qui souhaitent renforcer leur résistance et mieux se préparer pour faire face aux sociétés et les empêcher d’implanter des plantations sur leurs terres.