Luttes contre les monocultures d’arbres

La recherche de profit par les entreprises se traduit par des accaparements de terres qui visent à mettre en place des monocultures industrielles d’arbres. Là où les plantations industrielles s’installent durablement, elles entraînent des incursions violentes dans les terres et les vies des communautés, la destruction de leurs forêts et la pollution de leurs sources d’eau. Lorsque les communautés résistent, les entreprises ont tendance à réagir de manière agressive. Malgré cette violence extrême, dans le monde entier, les communautés résistent, s’organisent et unissent leurs forces pour défendre leurs territoires.

Un documentaire produit par le collectif audiovisuel Ojo de Treile montre comment les plantations industrielles en monoculture dans le sud du Chili sont à l’origine de méga-sécheresses et de feux de forêt dévastateurs.
Ce qu'une historiographie appelle d'expansion civilisatrice ou du capital, se révèle être, jusqu´à présent, l'invasion et la déterritorialisation des peuples et des communautés avec beaucoup de violence épistémique et territoriale. Les concessions sont en train d´être faites dans des zones qui ne sont pas des vides démographiques, concept colonial qui fait fi de l´occupation de ces zones depuis des millénaires.

Les sociétés de plantations d’arbres jouissent d’un pouvoir et d’une impunité considérables au Chili. Les incendies de 2017 ont révélé leur collusion avec des fonctionnaires pour empêcher la tenue d’enquêtes et criminaliser le peuple autochtone mapuche.