Équateur

Les plantations de palmiers à huile couvrent actuellement 270 000 hectares en Équateur, la région d’Esmeraldas étant celle qui connaît la plus forte concentration. Les processus de résistance en cours des communautés de La Chiquita, de Guadualito et de Barranquilla de San Javier continuent de susciter l’indignation et la solidarité entre les peuples et au plan international.
En Mésoamérique, l’expansion de la monoculture du palmier à huile constitue une des principales causes de la déforestation. Des représentantes de communautés autochtones et paysannes se sont réunies pour tisser des liens de solidarité entre leurs résistances.
Dans une publication récente, l'organisation équatorienne Acción Ecológica met en évidence la manière dont l'exploitation du bois de balsa a impacté les territoires amazoniens autochtones, tant au niveau du tissu social que des forêts (notamment la réserve de faune de Cuyabeno) au pied de la cordillère des Andes. Ce boom du balsa est destiné à l'industrie éolienne chinoise, puisque la Chine est devenue le pays qui a construit le plus de parcs éoliens ces dernières années.
Le bois de balsa constitue un important intrant dans la fabrication des éoliennes et l’Équateur est le premier exportateur mondial de ce bois. La construction de millions d’éoliennes en Chine, en Europe et aux États-Unis signifie l’abattage brutal d’arbres de balsa.
Même si les entreprises crevettières détruisent massivement les mangroves pour faire place à leurs fermes de crevettes et oppriment les communautés de cueilleurs et de pêcheurs, elles réussissent à obtenir des certifications qui facilitent leur percée sur les marchés étrangers et cachent aussi une histoire de violence contre les peuples des mangroves.
La plupart des gouvernements, des ONG et des sociétés privées favorisent l’augmentation des aires protégées et conservées partout sur la planète. Mais que signifie la conservation ?
Disponible uniquement en anglais et espagnol.
Même si le pétrole est à l’origine des changements climatiques ainsi que des échanges inégaux mondialisés et de nouvelles offensives colonisatrices, les économies continuent d’être profondément pétrolières.
CUIDANDERAS est une mini-série du Fonds d’action urgente pour l’Amérique latine et les Caraïbes (UAF-LAC). Elle présente des récits de femmes latino-américaines engagées dans la protection de leurs territoires, la guérison de leur corps et la lutte contre les modèles racistes et extractifs. Une vidéo montre comment les femmes Waorani (de la province d’Orellana, en Équateur) se sont battues pour protéger leur territoire en Amazonie et préserver leur culture autochtone.