Cambodge

Les mouvements coloniaux et anticoloniaux ont profondément façonné les caractéristiques et les impacts des concessions en Asie du Sud-Est. Dans certains cas, les communautés ont été dépossédées par des accaparements de terres déguisés en concessions. Dans d'autres, les concessions s'inscrivent dans le cadre d'une reconcentration foncière. Dans tous les cas, le modèle de concession cadre bien avec les idéologies de la modernisation.
La Semaine de l'environnement du Mékong/ASEAN (MAEW) est une rencontre régionale annuelle et un processus permettant des échanges plus approfondis entre les habitants de la région de l'Asie du Sud-Est, où les acteurs clés peuvent échanger, analyser et débattre sur les problèmes émergents qui les affectent de manière significative.
La production industrielle de caoutchouc naturel a toujours été synonyme de destruction et d’exploitation. Près de 70 % de la production sert à la fabrication de pneus. L’augmentation de l’utilisation du caoutchouc va de pair avec l’augmentation du nombre d’autos, de camions et d’avions.
Après le refus d’accorder des visas à 11 représentants du groupe ethnique bunong au Cambodge pour participer à une procédure de plainte contre l’entreprise de plantations Bolloré en France, l’audience a finalement été repoussée jusqu’en octobre. En 2015, 51 (désormais 77) paysans cambodgiens de l’ethnie bunong ont assigné le groupe Bolloré en justice. Ils l’accusent d’avoir détruit plusieurs hectares de forêt au seul profit de la culture du caoutchouc, les privant ainsi de leurs ressources.
Selon un rapport gouvernemental confidentiel consulté par le journal The Guardian, le projet de construction du plus grand barrage du Cambodge, soutenu par la Chine, pourrait « littéralement tuer » le fleuve Mékong. Le rapport indique que le site proposé à Sambor est « le pire endroit possible » pour produire de l'hydroélectricité.
Présentée par l’organisation thaïlandaise TERRA, cette publication raconte l’histoire des communautés riveraines du Mékong dans 25 sous-districts de 7 provinces du nord-est de la Thaïlande (Isaan). Elle vise à donner vie aux connaissances particulières modelées par le fleuve international le plus long du Sud-est asiatique, le Mékong. Elle montre la délicate complexité de l’hydrologie et des écosystèmes secondaires du Mékong, qui sont la base de la vie et de la subsistance des peuples riverains.
« Les barrages construits sur le cours principal du Mékong et sur d’autres fleuves de la région ont provoqué de graves changements dans les écosystèmes, qui mettent en danger la vie, les moyens d’existence et l’économie dans toute la région. Les barrages ont aggravé aussi les effets du changement climatique que nous subissons déjà. »