Les communautés en lutte contre la société de plantations de palmiers à huile Feronia-PHC en RD Congo

Image
Feronia DRC

En 2009, la multinationale agroalimentaire Unilever a vendu sa filiale d'huile de palme, Plantations et Huileries du Congo (PHC), en République Démocratique du Congo (RDC), à la société canadienne Feronia.

Les banques européennes de développement ont fourni plus de 100 millions USD de financement à Feronia et à sa filiale congolaise PHC depuis 2013, affirmant que cet argent soutiendrait le développement et garantirait des emplois. Le financement des banques de développements n'a permis ni l'un ni l'autre, comme le démontrent les rapports et les déclarations d'organisations communautaires et d'organisations nationales et internationales soutenant la lutte des communautés pour récupérer leurs terres. Au contraire, les conflits se sont intensifiés depuis que les banques de développement sont intervenues, les gardes de sécurité de l'entreprise ont été impliqués dans des passages à tabac, des meurtres de jeunes hommes des villages et des violences et des abus contre les femmes.

Feronia a fait faillite en 2020 et les banques de développement ont accepté de céder PHC à une obscure société du nom de Straight KKM. Depuis que le nouveau propriétaire a pris la relève, deux personnes ont été sauvagement assassinées et la communauté fait état d'une escalade des violences perpétrées par les agents de sécurité de l'entreprise.

En 2018, les communautés ont déposé une plainte auprès des banques de développement, demandant une médiation. La médiation n'a pas encore commencé, tandis que la violence et les meurtres se poursuivent et que les banques européennes de développement restent honteusement indifférentes aux violences et aux meurtres commis dans les plantations qu'elles continuent de financer.

Les publications qui suivent dévoilent l'histoire coloniale de ces plantations de palmiers à huile ainsi que les violences qui se perpétuent jusqu'à aujourd'hui. Les déclarations des communautés témoignent de la lutte pour la justice des communautés touchées par cet accaparement des terres remontant à la période coloniale belge qui s'est intensifiée depuis que leurs terres leur ont été arrachées par la violence, il y a plus de 110 ans. On pourra trouver un répertoire complet d'articles, rapports, déclarations et reportages audiovisuels sur la lutte des communautés contre l'occupation de leurs terres ancestrales par Feronia à l'adresse suivante : https://www.farmlandgrab.org/cat/show/511

Polices et militaires tirent à balles réelles sur des ouvriers de la Société FERONIA/PHC en grève à la plantation de Boteka.
Un jeune homme est décédé des suites de blessures subies lorsqu'il a été battu et torturé par des agents de sécurité travaillant pour la société congolaise d'huile de palme PHC.
Les communautés d'Afrique occidentale et centrale sont confrontées aux impacts des plantations de palmiers à huile. Avec la promesse mensongère d'apporter du « développement », les grandes entreprises, soutenues par les gouvernements, ont obtenu des millions d'hectares de terres.
Le RIAO-RDC et une coalition internationale d'ONG appellent à la libération immédiate des dirigeants communautaires et des villageois des communautés de Mwingi, Bolesa et Yanongo qui ont été arrêtés après une manifestation pacifique contre la société d'huile de palme PHC. Une un appel urgent à la mobilisation est ouverte à signer.
Le rapport détaille les abus qui souffrent les communautés affectées par les plantations industrielles de palmiers à huile gérées par la société congolaise Plantations et Huileries du Congo (PHC).
Les banques européennes de développement ont financé une société de plantations en RDC fondée sur des injustices et des violences qui remontent à un accaparement des terres de l'époque coloniale. Lorsque la société a fait faillite en 2020, elles ont choisi de maintenir le modèle brutal de la plantation, continuant ainsi à être complices de la perpétration de la violence et du racisme que ce « développement » représente.
Alors que les entreprises d’huile de palme se présentent comme des donateurs charitables pendant la pandémie, les communautés vivant dans et autour de ces plantations racontent une autre histoire.
Il y a plus de 100 ans, des terres ont été volées à des communautés de la République démocratique du Congo pour la production industrielle d’huile de palme. Depuis 2009, ces terres sont sous le contrôle de la société FERONIA.
Les leaders communautaires et chefs coutumiers des régions impactées par les plantations de la société canadienne PHC-Feronia en République Démocratique du Congo (RDC) continuent à subir toutes sortes de violations massives de droits humains.